Depuis ces quinze dernières années, nous avons pu constater une baisse des consommations d’énergie. En effet, cette diminution a conduit à une hausse des prix de l’électricité. Entre 2003 et 2018, selon le site, www.fournisseurs-electricite.com , le prix de l’électricité au mètre carré a augmenté de 32%. Pour contrer cet effet, beaucoup de personnes se sont, depuis, tournées vers les énergies renouvelables. Avant de sauter le pas et de penser à d’autres alternatives, il serait peut-être judicieux de connaitre les fonctionnements des installations électriques.

installations-electriques
Tout d’abord, savez-vous comment circule l’électricité ? Le courant électrique correspond au déplacement d’électrons dans un conducteur. Ses mesures sont les ampères pour l’intensité, les volts pour la tension et les watts pour la puissance. Pour envisager une installation électrique il y a des éléments indispensables à son installation :

  • Le compteur : il sert à mesurer la quantité d’énergie électrique consommées dans un lieu.
  • Le tableau : boîtier dans lequel convergent tous les câbles électriques du circuit électrique de votre habitât. Il se compose d’un tableau de sécurité (disjoncteur, fusible) pour protéger le lieu d’habitation, le circuit électrique et les appareils électriques.
  • Le disjoncteur : dispositif électromécanique de protection dont la fonction est d’interrompre le courant électrique en cas d’accident.
  • Un délesteur : petit appareil qui gère l’alimentation des appareils électriques. Son objectif est de réduire la consommation d’électricité. Il existe d’autres éléments avec lesquels vous pouvez compléter votre dispositif électrique tel que le disjoncteur différentiel général ou encore des interrupteurs différentiels.

Comment fonctionne un circuit électrique ?

Dans un circuit électrique, nous retrouvons plusieurs autres circuits comme celui pour les prises de courant, pour l’allumage. Le tout est constitué de câbles. On parle donc de câblage électrique et ce câblage est constitué de différents types de fils. Par exemple, la pieuvre électrique est un circuit électrique, précablé. C’est un dispositif que vous pouvez réaliser chez vous (avec beaucoup de vigilance et dans le respect des normes). Il convient parfaitement à toutes les structures (bois, pierre, béton). La pieuvre est composée de fils sous la gaine et d’une boite de dérivation.

Dans un circuit électrique, il y a la notion de câblage électrique. Elle est très importante, car l’électricité est distribuée par le biais des câbles. Ces câbles partent du tableau de répartition et alimentent les prises, les points d’éclairages, etc. Ils sont de différentes tailles et selon leur épaisseur, ils laisseront passer plus d’intensité. La section d’un câble doit donc être adaptée à la puissance du circuit.

Pour le savoir, il faut connaître les tailles des câbles en fonction des types d’éclairages:

  • 1,5 mm² - éclairage de 10 A : Electricité tertiaire, obligatoire dans les bureaux) 
  •  2,5 mm²  -16 A :  Les circuits de prises « classiques »
  • 6 mm² - 32 A : Pour les circuits prises, destinées aux gros appareils électroménagers type plaque de cuisson = prises électriques spécialisées 

Les câbles sont de différentes couleurs afin de mieux pouvoir les différencier. Vous retrouvez les câbles rayés jaune ou vert pour le fil de terre, bleu pour le neutre par exemple. Et chaque câble possède des annotations permettant de connaître la tension admissible, le matériau de la gaine, le nombre de fils qu’il contient, etc.

Les gaines les plus connues sont les ICTA. Elles sont livrées en couronnes de différentes longueurs afin de s’adapter à la longueur souhaitée.

Il existe plusieurs types de gaines :

  • La Gaine GTL (gaine technique de logement) rassemble les réseaux de fils et le coffret de communication. Elle est obligatoire dans les bâtiments neufs. Située près du coffret électrique, elle peut être installée en saillie, encastrée ou semi-encastrée.
  • La gaine TPC (tube de protection des câbles) est principalement utilisée pour les canalisations enterrées ou à l’intérieur de fondations.
  • La gaine ICTA (Isolant Cintrable Transversalement Annelé) s’utilise principalement à l’intérieur des maisons, elle résiste à la chaleur, aux chocs, à l’écrasement. Elle peut également être installée en encastrée, en apparent ou noyée dans le béton.

Attention : Votre installation et votre câblage doivent impérativement être protégés pour votre sécurité par des gaines électriques. C’est également une obligation imposée par des normes de sécurité (NF C 15-100 r). Cette norme impose que chaque disjoncteur doit-être étiqueté avec la fonction du circuit et la localisation. Le tableau électrique est également à étiqueter. Attention : le câblage électrique et les raccordements doivent impérativement être réalisés hors tension, pour éviter tout accident.

Maintenant que vous savez comment fonctionne un circuit électrique et de quoi il est composé, il est temps de passer aux prises électriques.

Une prise électrique permet d’alimenter tout appareil électrique Le nombre de prises électriques : la norme N FC 15-100 impose un nombre minimum de prises électriques par pièce. Voyons voir pièces par pièce :

  • Chambre : minimum trois prises + 1 prise de communication placée à côté de l’une d’entre elles
  • Cuisine : 6 prises dont 4 placées au-dessus du plan de travail (interdit au-dessus de levier et des plaques de cuisson). Le congélateur doit avoir un dispositif différentiel de 30 mA pour éviter les coupures de courant intempestives.
  • Séjour : pour un séjour de moins de 20m2, 5 prises sont obligatoires. Pour les plus grandes surfaces, il faut diviser par quatre la surface par mètre carré. Il ne faut pas oublier de mettre une prise supplémentaire à coté de toutes les prises de communications (télévision, téléphone). C’est une obligation.
  • Salle de bain : Les règles sont différentes : la salle d’eau est divisée en quatre volumes :

          Le volume 0 : concerne la baignoire et le receveur de douche. Sur cette surface, tout matériel électrique est strictement interdit.

         Le volume 1 : correspond à la surface au-dessus de la baignoire et du receveur de douche. Un éclairage basse tension est toléré de 12v si le transformateur de sécurité se trouve en volume 2 ou 3.

          Le volume 2 : correspond à la zone située à moins de 60 cm de la douche ou de la baignoire et sur 3 m de hauteur. Il accepte un éclairage de 12 V et une armoire de toilette éclairée de classe I et II (protégés des aspersions d’eau).

            Le volume 3 : correspond à la zone qui se situe au-delà de 60 cm de la douche et de la baignoire et sur 2.5m de hauteur. A ces conditions, un matériel de classe I (matériel qui possède une isolation fonctionnelle et une liaison à la terre des masses métalliques) et II (possède une double isolation des parties actives par liaison à la terre des parties métalliques) sont autorisées.

Le dernier élément qui constitue un circuit électrique est l’interrupteur. Un interrupteur assure la commande manuelle de l’ouverture et la fermeture d’un circuit électrique. Il a été conçu pour supporter un court-circuit pendant une brève durée.

Volume 0Volume 1
Degré de protection  IPX7 IPX4 
Canalisation  alimenté par TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCC II 
 AppareillageInterdit  Dispositif de commande des circuits TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCC 
Matériels d’utilisation hors chauffe-eauAlimenté par TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCCAlimenté par TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCC
  Volume 2  Caché
Degré de protection IPX4  IPX4 
 CanalisationII II 

 appareillage
Alimenté par TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCC PC rasoir Socle DCL protégé par DDR 30 mA Interdit
Matériels d’utilisations hors chauffe-eauClasse II et protégé par DDR 30 Ma OU alimenté par TBTS limitée à 12 VCA ou 30 VCCVoir 701.3.7.1 

Il existe différents types d’interrupteurs :

  • Les interrupteurs va- et-vient : c’est le fait de pouvoir contrôler une lampe en pouvant l’éteindre ou l’allumer à partir de deux commandes (boutons) distinctes. On parle d’interrupteur va-et-vient mais il s’agit du circuit ainsi conçu.
  • Le bouton poussoir permet de faire fonctionner les mécanismes suivants : 

                Le télérupteur : il permet de commander un point lumineux depuis plusieurs points différents dans une même pièce. Ce sont les boutons poussoirs qui permettent cette commande. On retrouve souvent ce type de dispositif dans les longs couloirs et les pièces avec une grande superficie d’espace.                                                                                                                                                                                                     L’interrupteur minuterie : ce dispositif permet de commander l’allumage et l’extinction de plusieurs lampes pendant un temps déterminé, fixé à l’avance.

                     Le variateur électrique : c’est un variateur de lumière, qui permet de régler l’intensité de la lumière. À l’inverse de l’interrupteur, le variateur a toujours une légère pression électrique même lorsqu’il est à l’arrêt.

                      Le permutateur : il permet de créer un troisième point d’allumage avec le va et vient.

Améliorer son confort et sa sécurité : la domotique

Vous souhaitez aller plus loin en contrôlant votre électricité et en automatisant votre foyer ? La domotique vous apporte ces solutions en vous permettant de gérer votre énergie, vous apporter plus de sécurité et gagner en confort.

La domotique existe déjà depuis plus d’une trentaine d’années. Son objectif principal est de faire des économies en matière de consommation d’énergie. Aujourd’hui, grâce aux avancées des nouvelles technologies, vous pouvez tout commander par le biais de votre smartphone ou de votre box internet.

Comment la domotique fonctionne-t-elle ?

Votre équipement (volet roulant, portail, régulateur de chauffage, système d’alarme équipé d’un module domotique) doit être mis en réseau et connecté à votre box internet. À l’aide d’une application dédiée à contrôler votre matériel et les données accumulées sur votre matériel par votre box, vous pouvez tout contrôler. Quels matériels et quels outils dans la domotique ?

  • Pour votre sécurité : Alarme, détecteur fuite de gaz, fuite d’eau, avertisseur de fumée ainsi que le contrôle visiophone (ce qui est à la porte). Il donne accès avec une gâche électrique ou avec un automatisme de portail.
  • Pour votre confort : Automatisme domotique = rouleau électrique, portail, luminaires, clôture électrique.
  • Pour contrôler votre consommation d’énergie :

             Programmateur : permet de déclencher et interrompre automatiquement le fonctionnement d’un ou plusieurs appareils selon une programmation de plages horaires définies par l’utilisateur.

                Régulateur de chauffage

                Thermostat d’ambiance (thermostat programmable)

                Délesteur : permet d’adapter sa consommation aux meilleures offres tarifaires